Une fiction en eau trouble - Expérience de la saturation dans la pratique de l'animation numérique, une esthétique radiante de l’univers nucléaire et son influence sur le personnage

Lacolonge, Audrey (2019) Une fiction en eau trouble - Expérience de la saturation dans la pratique de l'animation numérique, une esthétique radiante de l’univers nucléaire et son influence sur le personnage. [Mémoire]

[img] Text

Audrey.Lacolonge_master2.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (36MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Titre dans une autre langue: Fiction in turbid water - An experience of saturation in the practice of digital animation, radiant aesthetic of nuclear energy and its influence on the character
Creators: Lacolonge, Audrey
Directeur de recherche: Barrès, Patrick
Divisions: Institut Supérieur Image Design (ISCID)
Diplôme: M2 Motion design, cinéma d'animation
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Art numérique
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts du spectacle > Cinéma
Uncontrolled Keywords: cinéma d'animation création-recherche court métrage animé saturation nucléaire
Abstract: Ce mémoire s’appuie sur le développement à la fois pratique et théorique d’un projet de court métrage mené pendant mes deux années de master en cinéma d’animation. Il s’articule autour des différents aspects de mon travail visuel et narratif qui ont été influencés par le domaine dont j’ai choisi de m’inspirer directement. « Un équipement lourd, un souffle lent et précis, des gestes méthodiques. Au cœur des eaux bleues borées du bassin d’un réacteur nucléaire, un homme en scaphandre s’immerge. Dans le calme et le silence le plus total, il est maintenant seul au milieu de ses pensées et va glisser peu à peu dans son inconscient, son imaginaire et ses fantasmes, et se laisser submerger par ses craintes. » On suit le personnage de Frank, un intervenant du nucléaire qui effectue des plongées en scaphandre dans les bassins d’eau contaminée situés au cœur des centrales nucléaires. J’évoque la manière dont j’appréhende le projet, d’abord à travers une méthodologie d’enquête que j’ai mise en place pour développer mes connaissances du travail en milieu nucléaire. J’explore ensuite une vision plus personnelle et poétique que ce lieu unique en lui même m’évoque. Et finalement, comment j’exploite et réinvestis ces divers élèments esthétiques et ces impressions dans l’univers graphique de mon film, en opposant la raideur et la froideur des enceintes de la centrale à la fluidité et aux déformations produites par l’eau dans laquelle le protagoniste s’immerge, ainsi que son influence directe et indirecte sur lui.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/7698