Dualité ombre/lumière : une articulation poétique pour la création d'une architecture sensible.

Forletta, Aimée (2019) Dualité ombre/lumière : une articulation poétique pour la création d'une architecture sensible. [Mémoire]

[img] Text

Aimée.Forletta_master2.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (5MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Forletta, Aimée
Directeur de recherche: Becheras, Elodie
Divisions: Institut Supérieur Image Design (ISCID)
Diplôme: M2 Design d'espace, couleur, lumière
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts appliqués
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Architecture
Uncontrolled Keywords: Lumière, ombre, perception, langage
Mots-clés dans une autre langue: Light, shadow, perception, language
Abstract: La lumière est ce qui nous permet de voir et tout autour de nous. Elle est essentiel en terme physiologique mais aussi pour la perception. Cependant, la lumière n’a pas la considération qu’elle devrait avoir. On oublie souvent ses forces, son influence sur l’architecture et l’atmosphère. La lumière est un outil pour les designers et les architectes ; cela leur permet de s’exprimer, de montrer, de révéler ou même de dissimuler, mais aussi de communiquer avec les usagers qui investissent le lieu. Mais nous ne pouvons pas parler de la lumière sans parler de l’ombre. Les deux sont complémentaires et indissociables. L’ombre laisse libre cours à un «imaginaire vagabond». Elle sculpte l’espace et révèle la lumière, elle dévoile les textures de surface et donne de la profondeur. La lumière est changeante, mouvante et revêt différentes apparences en fonction de l’espace qu’elle occupe et du temps qui passe. Les variations chromatiques passent ici par le temps qui passe, de ce fait, l’ombre passe à la lumière et la lumière passe à l’ombre colonisant sur leurs passages les différentes surfaces du lieu. La lumière et la couleur matière construisent l’espace ; la lumière, l’ombre et les couleurs sont des éléments troubles. Le matériau et l’ombre en contraste avec la lumière sublime, dynamise, rythme et par les détails se crée une poésie éphémère et volatile qui subit les caprices lumineux et s’évapore à chaque actualisation de l’ambiance de ce lieu. La lumière peut révéler des aspects inhérents de la structure architecturale d’un bâtiment en mettant ainsi en évidence des détails d’assemblage et de composition mais aussi, dissimuler des détails, voir les rendre absents. C’est la lumière qui révèle les matériaux, quand elle se fait plus rare les détails s’effacent et le mur perd son aspérité et parait plus lisse.
Résumé dans une autre langue: Light is what allows us to see and it’s all around us. It’s essential in physiological terms and also for perception. However, light doesn’t have the consideration that it should have. We often forget about its strengths, its influence on architecture and on the atmosphere. Light is also a tool for designers and architects; It allows them to express themselves, to show, to reveal or even to hide, but also to communicate with other users who inhabit the place. But we can’t speak about light without speaking about shadow. Both are complementary and inseparable. The shadow gives free rein to a “vagabond imaginary”. It sculpts the space and reveals the light, it exposes surface textures and gives depth. Light is changeable, moving and takes on different appearances depending on the space it occupies and the time of day or night and the season. The chromatic variation undergoes changes with the passing of time. Shadows pass to the light and light passes to the shadows colonizing on their way the different surfaces of the environment. Light and material build the space; light, shadow and colors are disturbing elements for our perception. The material and the shadow, by contrast with the sublime light, dynamics, rhythm and by the details create an ephemeral and volatile poetry that undergoes the whims of light and evaporates with each update of the atmosphere of this place. Light can reveal the inherent aspects of the architectural structure or also hide the details of the construction and the composition. But as well, makes them disappear. Light discloses materials, when it becomes rarer, the details fade and the wall loses its appearance and looks smoother.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/7924