Design et médiation sociale : l’arbre comme outil de construction locale

Aguilar Muñoz, Brenda (2019) Design et médiation sociale : l’arbre comme outil de construction locale. [Mémoire]

[img] Text

Brenda.Aguilar Muñoz_master1.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (21MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Aguilar Muñoz, Brenda
Directeur de recherche: Denoual, Fabienne
Divisions: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Arts Plastiques - Design
Diplôme: M1 Design transdisciplinaire, cultures et territoires
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts appliqués
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts plastiques
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Urbanisme
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Etudes de l'environnement > Environnement et société
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie > Travail social
Uncontrolled Keywords: Design, arbre, quartier prioritaire, jeunesse, radicalité, mediation
Abstract: Ce projet se développe dans le quartier TABAR, une petite zone, presque inconnu de la ville de Toulouse, qui fait partir du Grand Mirail, considéré prioritaire de la politique de la ville (QPV ou QPPV), un territoire socialement défavorisé, à la fois en termes d’opportunités et de qualité de vie, où la drogue et la violence devenaient normalisées au quotidien et les imaginaires collectifs se sont tournés négatifs et parfois stigmatisés, en créant ces dernières années, un discours xénophobe et dégradant autour des immigrées ou français d’origine maghrébin, car au fil des années, ils deviennent le pourcentage le plus important des habitants du territoire. Cette recherche action allie le design social à la sociologie et à l’éducation populaire en prenant comme support médiatique l’arbre dans un espace public désigné : le quartier Tabar. En effet nous émettons l’hypothèse que l’arbre est un élément de médiation et d’amélioration du cadre de vie et donc de valorisation des habitants, ce qui contribue à faire baisser la délinquance, l’insécurité et donc limite ainsi des comportements radicaux. Visant le décloisonnement des imaginaires collectifs, la valorisation des jeunes par le faire, l’amplification de leur pouvoir d’agir et la facilitation du dialogue interculturel pour outiller les individus et les groupes contre les phénomènes de radicalisations, dans un temps long. C’est précisément dans cette perspective que se positionne ma recherche, laquelle se construit en partenariat avec l’association A-DENS (Accompagnement Développement Éducation Nord-Sud), dans le cadre du volet de prévention de radicalités, qui est inscrit à l’appel des projets du FIPDR (Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation), financement attribué pour la Préfecture de Tarn-et-Garonne.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/7995