Design sensoriel et expériences gustatives

Chriqui, Marion (2019) Design sensoriel et expériences gustatives. [Mémoire]

[img] Text

Marion.Chriqui_master2.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (31MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Chriqui, Marion
Directeur de recherche: Talbot, Delphine
Divisions: Institut Supérieur Image Design (ISCID)
Diplôme: M2 Création recherche et innovation en design sensoriel et alimentaire
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Alimentation et nutrition
Abstract: On voit ce que l’on va manger, on peut le toucher, le sentir mais la seule trace que nous garderons d’un repas, ce sont les souvenirs de l’expérience et des sensations. C’est-à-dire que les sensations sont temporelles (correspondant à un moment donné et inscrit dans une durée) et les souvenir sont intemporels. L’acte de manger va bien au-delà du simple fait de se nourrir. C’est-à-dire que l’apparence et les symboles (sur les emballages ou les formes des contenants par exemple) ont une incidence sur la manière de percevoir l’aliment. Le temps du repas est un temps que l’on peut qualifier de polysensoriel. Nous mettons chacun de nos sens à contributions, et ce de différentes manières. Dans une grande majorité, les habitudes alimentaires de la société occidentale tendent à esquiver la phase de la manipulation pour prioriser la phase de consommation transformée, s’éloignant de plus en plus du contact direct avec le produit original. Par contraintes et usages sociaux inhérents au mode de vie moderne, les repas qui, auparavant, étaient constitués d’un enchaînement de plats (contenants et contenus), sont, de nos jours, consommés de manière machinale et pour la plupart dans une vaisselle « neutre » (standardisée, normalisée industriellement pour des raisons pratiques). Le temps pouvant ou voulant être consacré au repas a également un impact fort sur l’attention que nous portons sur ce que nous mangeons ou comment nous le mangeons. Il s’agit de questionner à la fois le moment du repas, les liens que nous avons avec la nourriture et finalement l’attention que nous portons à ce que nous mangeons. Comment peut-on se sensibiliser davantage à ce que nous consommons, sans pour autant y consacrer un créneau de temps chronophage ? Est-il possible de susciter de nouvelles expériences gustatives par l’intermédiaire du sens tactile ? C’est donc dans une approche pratique du Design Sensoriel et du Design Alimentaire, deux champs du design distincts et pourtant symbiotiques, que je vais développer sur ce sujet.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8069