L'actualisation de la mémoire collective et historique dans "El Patio" de Elvira Diaz et dans "Los versos del olvido" de Alireza Khatami

Soraruff, Marie (2019) L'actualisation de la mémoire collective et historique dans "El Patio" de Elvira Diaz et dans "Los versos del olvido" de Alireza Khatami. [Mémoire]

[img] Text

Marie.Soraruff_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (3MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Titre dans une autre langue: La actualización de la memoria colectiva e histórica en "El Patio" de Elvira Diaz y en "Los versos del olvido" de Alireza Khatami
Creators: Soraruff, Marie
Directeur de recherche: Gautreau, Marion
Divisions: UFR Langues, Littératures et Civilisations Etrangères > Département Etudes hispaniques et hispano-américaines
Diplôme: M2 Etudes hispano-américaines
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Art numérique
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Langues > Français
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Langues > Espagnol
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Anthropologie sociale et ethnologie
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Art et histoire de l'art > Art contemporain
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire > Histoire moderne
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Musées, patrimoine culturel
Uncontrolled Keywords: mémoire, mémoire collective, mémoire historique, lieux de mémoire, dictature chilienne, disparus, Pinochet, analyse filmique, documentaire, fiction, El Patio, Elvira Diaz, Los versos del olvido, Alireza Khatami, rites mortuaires, fossoyeur, langage poétique cinématographique.
Mots-clés dans une autre langue: memoria, memoria colectiva, memoria histórica, lugares de memoria, dictadura chilena, desaparecidos, Pinochet, análisis fílmico, documental, ficción, El Patio, Elvira Diaz, Los versos del olvido, Alireza Khatami, ritos mortuorios, sepulturero, lenguage poético cinematográfico.
Abstract: Bien que nous soyons devant deux créations originales et de nature très différentes,l’on peut établir des analogies entre ces deux films. Tous deux dénoncent la répression de la dictature chilienne (1973-1988), tous deux peuvent s’inscrire dans un engagement contre l’oubli et pour la mémoire, tous deux explorent des voies du langage cinématographique autres que le pathos pour rendre compte des horreurs de la répression, tous deux se centrent particulièrement sur la question des corps non identifiés des disparus. Les éléments composant la stratégie qui mène le spectateur à une actualisation de la mémoire historique se font écho. Cette stratégie de mémoire s’appuie sur une réflexion sur la mort et sur les corps non identifiés des disparus ainsi que sur une synergie de recours qui façonnent les trames narratives. Ces deux films s’inscrivent dans un mouvement de dénonciation des dictatures latino-américaines.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8288