Le dispositif bilangue : moteur de développement de la langue arabe ?

Spiteri, Franck (2019) Le dispositif bilangue : moteur de développement de la langue arabe ? [Mémoire]

[img] Text

Franck.Spiteri_master1.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (7MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Spiteri, Franck
Directeur de recherche: Fares, Saba
Divisions: UFR Langues, Littératures et Civilisations Etrangères > Département Langues Etrangères > Section Arabe
Diplôme: M1 Langues, cultures et patrimoines du Maghreb (ALL)
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Langues > Arabe
Uncontrolled Keywords: arabe, bilangue
Abstract: L’arabe, deuxième langue la plus parlé en France, peine a trouvé sa place dans l’enseignement scolaire en France. Le nombre d’apprentis en celle-ci dans le second degré ne représentait que 0,2% des écoliers en 2016. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, souhaite renforcer le développement de la langue arabe en France afin d’augmenter le nombre d’apprentis en celle-ci. Car, face à une demande forte, les écoliers, faute de propositions suffisantes dans les écoles, partent apprendre l’arabe dans les mosquées ou associations, parfois tenu par des pseudo-salafistes. De parmi les mesures susceptibles d’augmenter l’effectif des apprentis en langue arabe, il y a le développement des classes bilangues arabe. Ainsi, compte tenu de la mauvaise image dont souffre la langue arabe en France, en quoi le développement des classes bilangues arabe par le ministère de l’Éducation nationale peut-il revaloriser la langue afin d’augmenter le nombre d’apprentis en celle-ci ? Une première partie permet de comprendre la situation actuelle de l’enseignement de la langue arabe. Une deuxième aborde les classes bilangues, pour comprendre le rôle qu’elles peuvent jouer dans le développement de la langue arabe. Et enfin, dans une dernière partie sont étudiés les effectifs en langues arabes dans des académies, qui ont proposé ou qui proposent toujours des classes bilangues arabes, pour voir s’il y a un lien avec le nombre de classes bilangues arabe. L’étude se limite ici à l’académie de Besançon, d’Aix-Marseille, de Reims, et de Toulouse. Les résultats tendent à confirmer, dans 75% des cas traités, que les classes bilangues sont un moteur pour augmenter le nombre d’apprentis en langue arabe. Cependant, même si le développement des classes bilangues laisse supposer qu’il augmentera le nombre d’apprentis en langue arabe, l’étude de l’académie de Toulouse semble démontrer le contraire, ou en tout cas, montrer l’existence d’un ou d’autres facteurs susceptibles d’augmenter le nombre d’apprentis en langue arabe en France.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8416