La présence du Brésil dans les milieux académiques à Toulouse (1964-1985)

Paes de Souza Vernay, Graciêne (2019) La présence du Brésil dans les milieux académiques à Toulouse (1964-1985). [Mémoire]

This is the latest version of this item.

[img] Text

Graciêne.Paes de Souza Vernay_master1.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (6MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Titre dans une autre langue: A presença do Brasil nos meios acadêmicos em Toulouse (1964-1985)
Creators: Paes de Souza Vernay, Graciêne
Directeur de recherche: Rozeaux, Sébastien
Divisions: Institut Pluridisciplinaire pour les Etudes sur les Amériques à Toulouse (IPEAT)
Diplôme: M1 Etudes sur les Amériques (SHS)
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire > Histoire contemporaine
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement supérieur
Uncontrolled Keywords: Brésil, Toulouse, Université, Éducation, Coopération universitaire
Mots-clés dans une autre langue: Brasil, Toulouse, Universidade, Educação, Cooperação universitaria
Abstract: La présence du Brésil dans les milieux académiques à Toulouse (1963-1985) Dans les années 1950, l'université de Toulouse décide de développer les études du monde ibérique et ibéro-américain. L'historien Jacques Godechot s'y emploie en s'appuyant sur des anciens élèves de Braudel: l’historien Frédéric Mauro et le littéraire Jean Roche. En profitant d'un hispanisme bien implanté dans l'université de Toulouse représenté alors par le professeur Paul Mérimée ( historiquement ancré à Toulouse ) les trois professeurs (Mauro, Mérimée et Roche) fondent l’Institut d’Études Hispaniques, Hispano-américaines et Luso-brésiliennes en 1958. Au sein de celui-ci se développe le projet d'une revue, d'une bibliothèque et d'un groupe de recherche interdisciplinaire. La revue Caravelle voit le jour en décembre 1963 et existe encore aujourd'hui. Notre travail se propose d'examiner la place du Brésil dans le milieu universitaire en prenant pour base cette revue de son premier numéro (1963) jusqu'en 1985. Nous constaterons une présence importante jusqu'à 1968, qui ira en décroissant ensuite. Dans la période de 1963 à 1968, un grand nombre de personnalités brésiliennes ont été invitées à l’université dans le cadre d’un « Groupe d’Aires Culturelles »qui réunissait des spécialistes venus de différentes disciplines et des différents pays de l’Amérique latine. Un important « Colloque international »« sur les problèmes des capitales en Amérique latine » a été organisé en 1964. Dans cette période, un important nombre d’articles sur le Brésil sont parus dans la revue Caravelle et représentent *un quart des articles*. Le Groupe d’Aires Culturelles s'éteignant en 1969, nous avons ensuite une présence beaucoup moins importante d’invités autour du Brésil. Les brésiliens/brésilianistes sont invités dans le cadre de signatures d'accords de coopération ou des événements de vulgarisation, par exemple dans le cadre de la première Semaine de l’Amérique Latine. Néanmoins dans cette période, il y a une importante activité autour de la langue portugaise. Le RETIMO, Groupe de recherche sur le Tiers Monde (donc autour d’un thème et pas d’une aire culturelle) et le Groupe de Recherches sur l’Amérique Latine (GRAL) sont créés grâce à la présence entre autres de Claude Bataillon et Romain Gaignard. En 1979, le CEDOCAL (Centre de Documentation de l’Amérique Latine) est créé, concrétisant l'objectif de documentation et information.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8439

Available Versions of this Item