Donner du sens à la peine carcérale : mise en oeuvre d'un festival de cinéma dans la prison de Punta de Rieles

Montaigne, Manon (2019) Donner du sens à la peine carcérale : mise en oeuvre d'un festival de cinéma dans la prison de Punta de Rieles. [Mémoire]

[img] Text

Manon.MONTAIGNE_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (3MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Montaigne, Manon
Directeur de recherche: Gautreau, Marion
Divisions: Institut Pluridisciplinaire pour les Etudes sur les Amériques à Toulouse (IPEAT)
Diplôme: M2 Ingénierie du Projet avec l'Amérique Latine
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts du spectacle > Cinéma
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Gestion et management
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie > Culture
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie > Travail social
Abstract: Face à un système carcéral violent, un fort taux d’incarcération et une criminalité préoccupante, des alternatives doivent être mis en place. Surpopulation, violence, atteinte aux droits de l’Homme, récidive : les prisons uruguayennes représentent un lourd coût moral et économique dans un pays qui se pose comme un modèle de développement pour le continent latino-américain. Toute faute mérite sanction, tout délit mérite sa peine. C’est à la racine de cette notion de justice que s’est installé la peine carcérale. La prison est censée punir mais également rééduquer, réhabiliter et réinsérer les détenus dans la société. Néanmoins, on peut généralement observer que le temps de ces peines est vain, il représente un temps mort entre l’avant et l’après. Si la sanction est indispensable à la prise en compte de la faute commise et à la valorisation des victimes, il nous semble nécessaire de se poser cette question : dans quelle mesure l’incarcération peut-elle être pleinement profitable, tant pour l’individu que pour la société ? Tandis que la première partie de ce travail s’ancre sur les politiques carcérales en Uruguay, la deuxième partie s’attarde sur le cas de la prison de Punta de Rieles de Montevideo, qui propose des politiques innovantes et alternatives afin de répondre à la crise pénitentiaire. Dans cette prison à ciel-ouvert, les détenus sont encouragés à entreprendre des activités professionnelles, éducatives et culturelles durant leur peine. Enfin, et dans la lignée des politiques initiées à Punta de Rieles et dans l’idée que la culture est une fenêtre ouverte sur l’inconnu, la dernière partie de ce mémoire développe la création et la conception d’un festival de cinéma dans les murs de la prison. Porteurs de projets, les détenus sont entièrement intégrés à la mise en place de l’évènement culturel, qui dépend de leur participation. A travers ce projet, nous voulons montrer que la pleine responsabilisation des détenus dans leur peine carcérale est un enjeu clé pour leur réinsertion. De la même manière, ce projet veut maintenir un lien entre prison et société, primordial pour assurer l’inclusion sociale des détenus et pour opérer un changement de regard de la société sur les prisons.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8720