L’homme bi-dimensionnel : de Marcuse à Sloterdijk

Monéger, Antonin (2019) L’homme bi-dimensionnel : de Marcuse à Sloterdijk. [Mémoire]

[img] Text

Antonin.Monéger_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Titre dans une autre langue: The bidimentionnal man : Marcuse and Sloterdijk
Creators: Monéger, Antonin
Directeur de recherche: Berrafta, Adrien
Divisions: UFR Lettres, Philosophie et Musique > Département Philosophie
Diplôme: M2 Psychanalyse, Philosophie et Economie Politique du Sujet
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie > Morale, éthique
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie > Philosophie occidentale moderne
Uncontrolled Keywords: Marcuse, Sloterdijk, humanisme, human
Mots-clés dans une autre langue: Marcuse, Sloterdijk, Humanism, human
Abstract: Ce mémoire de philosophie explore la pensée d’Herbert Marcuse (1898-1979) et de Peter Sloterdijk (1947- ?) dans leur globalité afin de soutenir une réflexion sur l’homme. Les deux philosophes, politiquement divergent, se caractérisent en effet par un même refus de l’antinomie entre une « nature humaine » et un « homme de culture » : le premier en proposant le dépassement révolutionnaire du conditionnement ; le second en décrivant l’indissociabilité « essentielle » de l’Homme et de son environnement technique. L’argument central est que l’homme est un phénomène unique qui se caractérise par une position d’oscillation entre le réflexe animal stimulé par l’environnement et l’automatisme disposé par l’univers technique. En parallèle, une réflexion est menée sur la crise de l’humanisme, et notamment ses conséquences politiques.
Résumé dans une autre langue: This research paper explores the thinking of Herbert Marcuse (1898-1979) and Peter Sloterdijk (1947-?) in their entirety in order to support a reflection on human. The two philosophers, politically divergent, are characterized in fact by the same refusal of the antinomy between a "human nature" and a "human of culture": the first by proposing the revolutionary overcoming of conditioning; the second by describing the “essential” indissociability of human and his technical environment. The central argument is that humanity is a unique phenomenon which is characterized by a position of oscillation between the animal reflex stimulated by the environment and the automatism disposed by the technical universe. In parallel, a reflection is conducted on the crisis of humanism, and in particular its political consequences.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8851