Documenter le monde à l'ère des images fluides : stratégies artistiques

Martin, Julie (2019) Documenter le monde à l'ère des images fluides : stratégies artistiques. [Thesis]

[img]
Preview
Version de Diffusion
Text

Julie.Martin_these_2928.pdf


Télécharger (12MB) | Preview
Item Type: Thesis
Titre en anglais: Documenting the world in the era of fluid images: artistic strategies
Creators: Martin, Julie
Directeur de recherche: Buignet, Christine
Doctoral school: ALLPH@ : Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication
Research unit: Lettres, Langages et Arts – Création, Recherche, Émergence en Arts, Textes, Images, Spectacles - LLA CREATIS
Diplôme: Doctorat en Arts et Sciences de l'Art
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts plastiques
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Art numérique
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Photographie
Uncontrolled Keywords: Art documentaire ; Dispositif ; Flux/fluidité ; Medium/média ; Image
Mots-clés en anglais: Documentary art ; Apparatus ; Flows/fluidity ; Media ; Image
Abstract: Cette recherche en art et sciences de l’art porte sur les pratiques d’artistes qui documentent l’histoire récente ou l’actualité, dans un environnement déjà intensément traversé de flux d’images, consécutivement à une connexion généralisée à Internet. L'étude s’appuie sur un corpus d’œuvres réalisées depuis 2005 par une douzaine d’artistes et adopte quatre points de vue successifs : celui de l’héritage historique et conceptuel, celui de la médialité, celui du positionnement artistique et celui de la portée politique des œuvres. L’analyse du contexte théorique et historique antérieur aux démarches artistiques étudiées révèle que les artistes concernés ne tentent pas de penser le contemporain sous l’angle de l’innovation ou de réagir par la tactique de la tabula rasa. Ceux-ci entreprennent au contraire de l’aborder par des stratégies qui échappent au temps historicisé, semblables aux démarches médiarchéologistes. L’approche médiale permet d’identifier des logiques néomédiatiques adoptées dans les œuvres documentaires, notamment l’intermédialité, la variabilité et la remédiation. Avec cette dernière, les artistes s’avèrent intégrer au sein de leurs productions des médias de diffusion des images pour rendre visible leur influence sur notre perception du monde et les révéler en tant que dispositifs à subvertir. Par ailleurs, en s’employant à créer des représentations et des récits du réel, les artistes qui les produisent semblent ne pas laisser aux seuls professionnels des médias d’information cette prérogative. Néanmoins, tout en empruntant leur démarche au journaliste et à l’enquêteur, les artistes prennent soin de rompre avec les certitudes auxquelles prétendent les discours journalistiques, en ayant recours à d’autres tactiques dont la plus singulière consiste à altérer visuellement les représentations. Enfin, au-delà des sujets et des approches qui peuvent être très critiques, il apparaît possible de caractériser différemment l’implication politique de ces œuvres et de mettre à jour, à l’ère de l’image fluide, une responsabilité éthique en actes artistiques.
English abstract: This research in art and sciences of art focuses on artistic practices which document recent history or current events, in an environment already saturated by image streams, resulting from a general connection to the Internet. The study is based on a core of works made since 2005 by a dozen artists and follows four successive points of view: one of historical and conceptual heritage, one of mediality, one of artistic position and one of the political scope of the artworks. The analysis of the theoretical and historical context prior to the studied artistic approaches reveals that the artists concerned do not try to think of the contemporary in terms of innovation, let alone reacting by the tactics of tabula rasa. On the contrary, they tackle it with strategies that are not bound by historicised, sequential, and linear time, similar to mediarchaeologic approaches. The medial approach makes it possible to confronted neomediatic logics adopted in documentary works, particularly intermediality, variability and remediation. With remediation, artists integrate within their productions broadcast media images to make visible their influence on our perception of the world and reveal them as an appartus to be subverted. Moreover, by working to create representations and narratives of the real, the artists who produce them appear not to leave the prerogative to the professionals of the media of information and communication. Nevertheless, while borrowing their approach from the journalist and the investigator, the artists do not pursue the same ends and break away from the certainties that the journalistic narratives claim, by resorting to other tactics of which the most unique is to visually alter the picture. Finally, beyond the topics and approaches that can be very critical, it seems possible to characterise differently the political involvement of these works and to update, in the era of the fluid image, an ethical responsibility of the artist that translates into artistic acts.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8855