Logement social : restructurations stratégiques et (re)positionnement sur les territoires

Poulalion, Alexis (2019) Logement social : restructurations stratégiques et (re)positionnement sur les territoires. [Mémoire]

[img] Text

Alexis.Poulalion_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (24MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Poulalion, Alexis
Directeur de recherche: Escaffre, Fabrice
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M2 Villes, Habitat et Transition Ecologique
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Urbanisme
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Aménagement du territoire
Uncontrolled Keywords: Logement social, mutations, action publique, cohésion sociale, ancrage territorial
Abstract: Le logement social est un « outil majeur des politiques de l’habitat, tant à l’échelle nationale que locale » (Driant, 2011) qui fait office de relais des politiques publiques et remplissant une mission d’intérêt général représentée par l’accès à un logement digne pour les ménages les plus précaires. Depuis 2018, celui-ci est sujets à de vives restructurations par l’enchaînement des lois de Finances 2018 et la loi portant Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique dite « loi ELAN ». Ces législations ont eu d’importants impacts sur la capacité financière des organismes d’HLM, leur organisation et leurs stratégies à court, moyen et long terme. Parallèlement, ces lois successives s’inscrivent dans une tendance et des lignes directrices politiques engagées depuis la fin du 20ème siècle, moins médiatisées que ne le sont les lois de Finances 2018 et ELAN car, « mises en place de manière désynchronisée et à différentes échelles institutionnelles » (Driant, 2015), bousculant en profondeur le modèle du logement social « à la française ». Ces mutations perpétuelles entrant dans une continuité sous-jacente obligent, par de nombreux biais, les bailleurs sociaux à s’adapter et à diversifier leurs activités et modes de fonctionnement. Sujets à redéfinitions de leurs stratégies, les bailleurs sociaux laissent entrer l’innovation au cœur de leurs pratiques professionnelles afin de permettre leur autofinancement et/ou d’asseoir plus profondément leur inscription sur les territoires. Cette question de leur posture sur les territoires se pose, justement, au regard de cet éloignement relatif de leurs activités originelles et du contexte contraignant dans lequel ils s’inscrivent actuellement. Restent-ils alors des acteurs engagés au plus proche des situations habitantes et des territoires et remplissent-ils toujours un rôle d’acteur, porteur de cohésion sociale urbaine, au service des politiques locales de l’habitat ?
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8857