L’intégration des démarches participatives dans la territorialisation de l’action publique : La co-construction comme méthodologie appropriée pour l’identification des intérêts communs face à « l’intérêt général »

Malié, Pierre (2019) L’intégration des démarches participatives dans la territorialisation de l’action publique : La co-construction comme méthodologie appropriée pour l’identification des intérêts communs face à « l’intérêt général ». [Mémoire]

[img] Text

Pierre.Malié_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (156MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Malié, Pierre
Directeur de recherche: Escaffre, Fabrice
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M2 Villes, Habitat et Transition Ecologique
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Urbanisme
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Aménagement du territoire
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie > Géographie urbaine
Uncontrolled Keywords: Territoire en décroissance - Contractualisation territoriale - Action publique - Démarche participative - Co-consctrution- Représentativité - Financements - Intérêts général - Intérêts communs
Abstract: Dans un contexte de crise sociale, économique et de la représentativité politique, la participation intervient comme un outil régulateur des luttes sociales, dans la prise de décision et se révèle être un nouveau principe de gouvernance. A l’heure où les démarches de concertation sont intégrées dans le cadre législatif français et dans les procédure d’aménagement, les habitants / citoyens / usagers demandent une reconnaissance et un pouvoir d’agir face à la dégradation de leur cadre de vie. Une mobilisation en faveur d’un renouvellement des pratiques, des comportements et des usages pour une reconversion profonde des représentations sociales et spatiales. Dans certains territoires, la désindustrialisation a fortement impacté les conditions de vie actuelles, et les stratégies locales en matière de développement, cherchent actuellement le regroupement intercommunale comme échelle de pertinence d’action. Ainsi la contractualisation des intérêts et des objectifs devient le nouveau chapitre d’un récit singulier, adapté à cette nouvelle configuration territoriale. Certaines communes, à l’image de Lavelanet ou Vierzon depuis peu, accumulent les dispositifs, financements et mobilisations d’acteurs pour intervenir, et ainsi inverser les dynamiques et les tendances négatives. Une ambition de reconversion profonde souvent portée par des politiques locales qui souhaitent élaborer un compromis entre la ville et ses habitants. Diverses méthodes de concertations sont menées, atteignant l’information, puis la consultation et la contribution et ne débouchant pas sur l’action concrète, l’intervention pour la solution. Depuis peu, les conseils citoyens qui se réunissent dans les maisons de projets (lieu de la participation et des territoires du renouvellement), entament une pédagogie de la participation qui émerge pour évoluer vers des méthodes co-constructive, communément élaborée, globalement partagée pour une reconnaissance des initiatives collectives. Des territoires expérimentaux qui viennent atténuer la société de production, coupable des maux actuels, et basculer vers une production de société.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8888