La vie artistique à Toulouse, arts plastiques, de 1939 à 1958

Machabert, Coralie (2019) La vie artistique à Toulouse, arts plastiques, de 1939 à 1958. [Thesis]

[img] Version de Diffusion
Text

Coralie.Machabert_these_4985.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (6MB) | Request a copy
[img] Version de Diffusion Annex
Text

Coralie.Machabert_these_2548.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (89MB) | Request a copy
Item Type: Thesis
Titre en anglais: Artistic life, visual arts in Toulouse from 1939 to 1958
Creators: Machabert, Coralie
Directeur de recherche: Barlangue, Luce
Doctoral school: TESC : Temps, Espace, Société, Culture
Research unit: France, Amériques, Espagne - Sociétés, pouvoirs, acteurs - FRAMESPA
Diplôme: Doctorat en Histoire de l'Art
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Art et histoire de l'art > Art contemporain
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Musées, patrimoine culturel
Uncontrolled Keywords: Institutions artistiques ; Expositions ; Acteurs artistiques ; Réception ; Toulouse ; Vie artistique
Mots-clés en anglais: Artistic institutions ; Exhibitions ; Artistic actors ; Reception ; Toulouse ; Artistic life
Abstract: Les vingt années comprises entre le début de la seconde guerre mondiale et la proclamation de la Ve République sont charnières dans la transition du foyer artistique toulousain. Rythmée par les transformations sociétales, la vie culturelle oscille entre tradition et modernité. Si des spécificités se signalent, le comportement de ce pôle, carrefour d’un territoire en pleine mutation, semble être représentatif de celui de la France au milieu du XXe siècle. L’observation du fonctionnement des institutions muséales mais aussi de l'organisation de l’enseignement artistique témoigne des permanences et ruptures des politiques de gestions locales. Si Toulouse devient une terre d’accueil pendant l’Occupation, les échanges artistiques ne perdurent pas après la Libération. La cité occitane, méfiante à l’égard de toutes formes de centralisme, revendique une identité qui la distingue. Cette posture est validée par la commande artistique, entretenue par la programmation des expositions, relayée par le marché et diffusée par la presse. Toutefois, durant les années 1950, à travers la convergence d’actions individuelles, associatives ou institutionnelles, une impulsion se discerne et des facteurs d’ouvertures se manifestent. Dans le domaine de la création, les débats qui émergent à l’échelle nationale et internationale sont accueillis et assimilés. Autour d’une nouvelle génération d’acteurs, les initiatives fédératrices se multiplient et génèrent une émulation salutaire. Un renouvellement dans le corps dirigeant des instances culturelles ajoute à la dynamique collective. Les interventions municipales dans le secteur des Arts se réorientent, marquées par des enjeux de rayonnement, avec en toile de fond, les prémices d’un processus de décentralisation. Ces moteurs font évoluer le discours et un décloisonnement s’opère. Les changements qui jalonnent la période amorcent un désenclavement artistique et préfigurent la métamorphose de la capitale régionale dans les années 1960.
English abstract: The twenty years between the beginning of the Second World War and the proclamation of the Fifth Republic are decisive for the transition of Toulouse cultural scene. Driven by social transformations, cultural life oscillates between tradition and modernity. Despite some specificities, Toulouse cultural scene - crossroads of a territory in deep transformation - seems to be representative of France’s state of mind towards culture and visual arts in the middle of the Twentieth Century. The study of the functioning of museum institutions and the organization of arts education shows the permanencies and breaks of local managements’ cultural and artistic politics. If Toulouse becomes to refuge during the Occupation, artistic exchanges do not persist after the Liberation. The “Occitan City”, suspicious towards all forms of centralism, claims an identity that differentiates itself. This posture is validated by the artistic commission maintained by the exhibition program and relayed by the market and distributed by the press. However, during the 1950s, through the convergence of individual, associative or institutional actions, an impulse is discerned, and openness factors manifest themselves. In the field of creation, the emerging debates at the national and international levels are assimilated. Around a new generation of actors, federative initiatives are prospering and generate a salutary emulation. Moreover, the renewal in the direction of cultural institutions adds to the collective dynamic. Municipal interventions in the arts sector are reoriented, directed by imperatives of influence, against the backdrop of the beginnings of a decentralization process. These evolution modifies the discourse and decompartmentalization takes place. With the changes in the period begin an artistic opening which prefigures the transformation of the regional capital in the 1960s.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8950