Le portrait peint : "du trouble de la ressemblance" au personnage fictionnel

Arroyas - Remigio, Johanna (2019) Le portrait peint : "du trouble de la ressemblance" au personnage fictionnel. [Mémoire]

[img] Text

Johanna.Arroyas - Remigio_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (180MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Arroyas - Remigio, Johanna
Directeur de recherche: Alzieu, Isabelle
Divisions: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Arts Plastiques - Design
Diplôme: M2 Création Artistique, Recherche et pratique du Monde de l'Art (CARMA)
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts plastiques
Uncontrolled Keywords: art plastique, peinture, dessin, art contemporain, portrait
Abstract: D'une fausse évidence, le portrait s'avère interroger toute l'histoire de la figuration humaine dans l'histoire de l'art et de la peinture où elle domine et qui plus est dans toute l'histoire de l'image jusqu'à nos jours. Le portrait légitime sa place dans le champ des arts graphiques et picturaux en se plaçant à l’origine même de tous les arts dont la stimulation émerge d'un amour passionné, d'un renoncement à l'absence, d'un désir de survie. Par son ancrage à la figuration, le portrait peint en devient un genre particulier dont toute la problématique s'ancre dans le cœur névralgique de la ressemblance. Qu'il tienne son intérêt dans l'efficacité synthétique de sa représentation, qu'il tendent à une imitation « fidèle » et illusionniste du réel à des fins scientifiques, le portrait est une figure ambivalente qui s'anime d'une volonté d'inscrire les traits de l'autre pour tenter en vain d'en saisir l'essence. Dès lors qu'il échoue dans cette perspective, le portrait s'envisage alors comme un masque qui peut se parer de multiples facettes. Portrait d'apparat, portrait royaux, peinture d'histoire, de là émerge alors le portrait emblématique, qui cherche à légitimer ce genre en l'érigeant dans la sphère noble de la transmission d'une mémoire culturelle. Mais par là même, le portrait manque son but en se parant de toutes les glorifications héroïques possibles qui retranscrivent davantage un idéal et un style, qu'une transmission objective de l'histoire. Mis en scène au sein de dispositifs plus vastes, le portrait devient un personnage qui s'anime, qui s'interroge sur sa propre histoire et sur son statut confrontant des références et des techniques de temporalité différentes. L'écart que permet l'imitation picturale vient alors nourrir une représentation fictionnelle de ces nouvelles personnalités, dont le grotesque et le dérisoire dans cette pratique ne sont pas dénués d'une forme d'affectivité. Une intimité, qui émerge des enjeux même du portrait dont l'amour et la passion, le caractère commémoratif que lui attribue la jeune fille du potier semble avoir été transmis jusqu'à nos jours, dans cette relation si particulière qui se crée et qui se noue entre le modèle, le portraitiste et le spectateur. Le portrait s'inscrit dès lors comme l'objet témoin de cette relation, synthèse de ces expériences vécues partagées entre tous ces partenaires.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8984