L'aide au retour volontaire. Analyse de la perception d'un dispositif par ses usagers, les migrants. Le cas de l'OFII

Diané, Fatou (2019) L'aide au retour volontaire. Analyse de la perception d'un dispositif par ses usagers, les migrants. Le cas de l'OFII. [Rapport de stage]

[img] Text

Fatou.DIANE_rapportstage.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Rapport de stage
Creators: Diané, Fatou
Directeur de recherche: Chauvac, Nathalie
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Sociologie
Diplôme: M2 Sociologie des Organisations et de l'Action Publique
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie
Uncontrolled Keywords: Aide au retour volontaire, migration, la réinsertion, projet de réinsertion, transnationalisme
Abstract: Le retour est souvent perçu comme la dernière option pour les migrants déboutés du droit d’asile, donc en situation irrégulière, pour différentes raisons évoquées plus haut. Selon Bruno LAFFORT, « si la décision de rentrer reste tendue par des éléments extérieurs (crise économique dans le pays d’accueil), sa mise en oeuvre effective dépendra finalement de facteurs plus personnels (liés à la famille restée au pays, à son propre « vécu » dans le pays d’accueil, à sa situation familiale, en couple, célibataire, avec ou sans enfants, aux ressources mobilisables pour entreprendre le trajet du retour) ». L’analyse des pratiques mises en place par l’Office Français de l'Immigration et de l'Intégration concernant l’information et la promotion de l’Aide au Retour Volontaire auprès des usagers cibles montre que si les formes d’information sont nombreuses (vidéo, flyers, rencontre dans les centres d’hébergements…) les usagers ne s’approprient pas tous le message. Il est relativisé vis-à-vis des pressions familiales, sociales et politiques du pays d’origine et des canaux plus attractifs de diffusion : Télévision du pays d’origine, forums et échanges sur internet, réseaux sociaux…. Au-delà des expériences racontées par les anciens migrants, l’image que la télévision renvoie de la France dans ces pays, finit par forger le mental de ces migrants qui deviennent sourds à la réalité qui leur est expliquée. Ainsi, utiliser les médias pertinents, que les migrants écoutent, permettrait une efficacité plus grande de la réception du message. Diffuser des reportages de témoignages et d’informations réelles dans les pays d’origine, animer et fournir les vraies informations sur les médias sociaux et en particulier sur les groupes Facebook aurait plus d’impact et ils seraient perçus avec plus de confiance. L’appropriation du message passe aussi par l’usage de canaux pertinents et adaptés aux cibles recherchées.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/9042