Le développement local : entre ruptures et continuité. Vers un réseau régional en Occitanie à l'écoute des initiatives de développement local.

Babaudou, Coline (2019) Le développement local : entre ruptures et continuité. Vers un réseau régional en Occitanie à l'écoute des initiatives de développement local. [Mémoire]

[img] Text

Coline.Babaudou_master1.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (2MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Babaudou, Coline
Directeur de recherche: Barthe, Laurence
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M1 Aménagement et projets de territoires
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Aménagement du territoire
Uncontrolled Keywords: Coopération – Développement local – Gouvernance territoriale – Mise en réseau – Transitions
Abstract: Le courant du développement local est né d’un mouvement composé d’acteurs engagés autour de plusieurs principes d’action : il s’agit d’une démarche ascendante prônant une approche transversale des problèmes vécus localement pour lutter contre le sous-développement et la marginalisation de certains territoires. Soucieux de décloisonner les modes de faire et les appartenances, le réseau TCO souhaite travailler, à l’échelle de la région Occitanie, à la réunion des acteurs du développement local, durable et social, de l’économie sociale et solidaire, de l’éducation populaire mais aussi de ceux qui œuvrent dans des démarches de démocratie participative et de transitions. Pour se faire, il est nécessaire d’aller au contact des acteurs de terrain afin de caractériser la réalité du développement local aujourd’hui. S’il existe encore, comment ce dernier a-t-il évolué ? Par quoi se traduit-il ? Qui aujourd’hui fait du développement local ? Pourquoi ? Ce sont les questions auxquelles, le stage et ce mémoire, ont tenté de répondre. Le développement local n’a pas disparu. Il évolue entre ruptures et continuité. En effet, certaines manières de faire et d’agir sont inspirées voire empruntées aux pratiques des débuts alors que d’autres sont en rupture totale avec ce qui pouvait se faire jusque dans les années 2000 en matière de développement local. Les changements sociétaux, les multiples crises passées et actuelles, l’apparition de nouveaux défis et par conséquent de nouveaux risques et de nouvelles menaces participent de cette évolution. L’urgence climatique, la crise démocratique ou encore la prégnance de l’injustice sociale poussent de nombreux acteurs à agir localement pour le bien commun, pour une démocratie plus participative ou encore pour créer des alternatives au pétrole, à la consommation de masse et à la concurrence. La création par les citoyens de ce nouveau modèle de développement questionne le rôle de l’Etat et interroge l’avenir du développement local et son modèle de gouvernance.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/9052