De la baie des cochons au Lac Tanganyika : les acteurs armés non étatiques dans la crise du Congo, 1960-1967

Rookes, Stephen (2018) De la baie des cochons au Lac Tanganyika : les acteurs armés non étatiques dans la crise du Congo, 1960-1967. [Thesis]

[img]
Preview
Version de Diffusion
Text

Stephen.Rookes_these_8213.pdf


Télécharger (6MB) | Preview
Item Type: Thesis
Titre en anglais: From the Bay of Pigs to Lake Tanganyika : non-state armed actors in the Congo crisis, 1960-1967
Creators: Rookes, Stephen
Directeur de recherche: Goethals, Helen
Doctoral school: ALLPH@ : Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication
Research unit: Cultures Anglo-Saxonnes - CAS
Diplôme: Doctorat en Langues, Littératures, Arts et Civilisations du Monde Anglophone
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire > Histoire contemporaine
Uncontrolled Keywords: Crise du Congo, Exilés cubains, CIA, Mercenaires
Mots-clés en anglais: Congo crisis, Cuban exiles, CIA, Mercenaries
Abstract: Alors que la République Démocratique du Congo devient indépendant en juin 1960 seulement quelques semaines après le pays va connaitre une crise politique et sociale qui va durer sept ans. Cette "crise du Congo" qui durera sept ans voit l'arrivée de mouvements sécessionnistes, de rébellions populaires et des forces militaires externes. Dans le cas de le province de Katanga, le moteur économique de la DRC, ces forces militaires externes sont composées de mercenaires européens, sud-africains et/ou rhodésiens embauchés et payés par les sociétés minières belges. Bien que les Nations-unies obligent le départ des mercenaires et arrivent à restaurer l'intégrité de la DRC, dès leur départ en 1963 le pays sombre de nouveau dans le désordre. En effet, une rébellion rurale d'inspiration marxiste et soutenue par la République Populaire de Chine gagne deux tiers du pays. Pire, en juillet 1964, la deuxième ville de la DRC, Stanleyville, est capturé par les forces rebelles et ces Simba menacent la vie de quelques centaines d'Européens, la plupart des citoyens belges.Pour les Etats-Unis qui tentent depuis quatre ans de faire régner la stabilité au Congo, les Simba représentent un vrai danger du fait de leur soutien par la Chine et d'autres pays africains radicaux. Aux yeux des Etats-Unis ce soutien signale que le communisme risque de prend pied dans l'Afrique centrale. En respect des idéologies telles que de Containment et de l'Effet Domino ce n'est pas une situation qui peut perdurer.En manque de forces armées capables de lutter efficacement contre les rebelles tout en gardant leur intervention secrète, les Etats-Unis forment une alliance avec la Belgique et une Armée nationale congolaise (ANC) renforcée par le retour de centaines de mercenaires blancs. D'ailleurs, les Etats-Unis fournissent leurs propres forces clandestines constituées d'exilés cubains recrutés par la CIA. Ces Exilés ont participé dans un nombre d'opérations clandestines montées par la CIA et, notamment, l'invasion de la Baie des Cochons qui visait à déposer Fidel Castro. En participant à ces opérations en avril 1961, ils rejoignent la liste de combattants anti-communistes utilisée par la CIA en Chine, et au Guatemala.Composé de pilotes d'avion et aussi d'une petite force commando, ces Exiles nommées collectivement le Makasi contribuent aux opérations qui visent à libérer Stanleyville et vaincre la rébellion...
English abstract: Whereas the Democratic Republic of the Congo became independent in June 1960 within a very short space of time the country will be torn apart by a series of secession and rebellions. In Katanga, secession is supported by the arrival of a mercenary army and the United Nations is sent to restore order by ridding the Congo of these foreign forces.The UN mission complete and its forces having been withdrawn by July 1963, the Congolese government will then be confronted by a popular rebellion in rural areas of the Congo. Supported by the People's Republic of China and radical African nations this communist-inspired rebellion makes rapid progress and soon two-thirds of the Congo is in the hands of the Simbas, the name adopted by the rebels. By August 1964 the Simbas have reached Stanleyville, the Congo's second largest city, and threaten to kill hundreds of mainly Belgian hostages. With the Congolese National Army being unfit to defeat the rebellion alone, it is reinforced by hundreds of white mercenaries. Seeing the rebellion and its communist support as a threat to its ideologies of Containment and the Domino Theory, the United States also provides military assistance in the shape of an air force and a small commando unit. Known collectively as the Makasi, these US covert forces comprise of Cuban Exiles recruited and paid by the CIA. Many of these Exiles took part in the Bay of Pigs invasion in April 1961. These Exiles join the list of CIA covert forces who have taken part in secret operations in China and in Guatemala. They will be joined by more veterans of the failed invasion in 1965 when a naval force is created to patrol Lake Tanganyika. It is from here that rebel forces are being supplied with food and weapons provided by communist-bloc nations and supporters. Moreover, from April 1965, the rebel forces will also be joined by Che Guevara who has hopes of starting up a popular revolution in the heart of Africa. Guevara's presence in the Congo being rapidly detected by the US, the Exiles are informed and see the Congo as an opportunity to gain revenge for the Bay of Pigs...
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/9195