L'impact des émotions sur l'attention des élèves

Berger, Anaïs (2016) L'impact des émotions sur l'attention des élèves. [Mémoire]

[img]
Preview
Text

berger_anais_M22016.pdf


Télécharger (2MB) | Preview
Item Type: Mémoire
Creators: Berger, Anaïs
Directeur de recherche: Simoës-Perlant, Aurélie
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Professeur des écoles
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Psychologie > Sciences cognitives
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement primaire
Uncontrolled Keywords: Émotion, Attention, Couleur, Cognition
Abstract: Dans le cadre de ce mémoire, nous nous sommes intéressés au lien pouvant exister entre les émotions et la cognition, en se centrant plus particulièrement sur l’attention sélective. Pour cela, nous avons utilisé le modèle d’allocation de ressources et d’interférence cognitive (Ellis, Ashbrook, 1988 ; Ellis, Moore, 1999) comme référence. Ce modèle met en évidence que les émotions, qu’elles soient positives ou négatives, ont un impact sur l’attention des participants. En effet, les expérimentations mettent en avant le fait que l’attention est amoindrie pour les participants placés sous induction positive ou négative par rapport à des participants placés sous induction neutre. Selon ces recherches, l’attention est coûteuse en ressources cognitives et la présence d’émotions impacte la quantité de ressources disponibles. En se basant sur ce modèle, notre hypothèse générale est donc que les émotions ont un impact sur l’attention. Pour vérifier notre hypothèse, nous avons réalisé une expérimentation auprès d’élèves de grande section de maternelle. Les trente-cinq participants à l’expérimentation ont été placés sous trois inductions (joyeuse, neutre et triste) et ont réalisé une tâche de barrage simple en temps limité inspirée de Corkum et al. (1995). Dans ce travail de recherche, l’émotion est induite au moyen de couleurs : jaune (joyeuse), marron (neutre) et gris (triste). Les résultats montrent que sous induction joyeuse, les performances attentionnelles des enfants sont meilleures que sous induction neutre ou triste. Ainsi, nos résultats n’ont pu confirmer l’hypothèse générale émise en amont.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/921