Approche d’une pratique humanitaire au Cambodge : le volontourisme, une expérience humanitaire vue par les habitants du village de SraPoh.

Kerboas, Sarah (2019) Approche d’une pratique humanitaire au Cambodge : le volontourisme, une expérience humanitaire vue par les habitants du village de SraPoh. [Mémoire]

[img] Text

Sarah.Kerboas_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Kerboas, Sarah
Directeur de recherche: Courduriès, Jérôme
Divisions: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Anthropologie
Diplôme: M2 Anthropologie Sociale et Historique
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Anthropologie sociale et ethnologie
Uncontrolled Keywords: développement, volontourisme, représentations
Abstract: Au lendemain du génocide, la promotion du développement devint un argument substantiel pour légitimer les changements politiques et structurels profonds engagés par le régime khmer rouge. L’essor de cette notion a contribué à la mise en place d’un système philanthropique international, encore à l’œuvre aujourd’hui : l’aide humanitaire. Le volontourisme apparaît, dans ces conditions, comme un nouveau concept qui renvoie à une forme de tourisme alternatif. Néologisme formé à partir des termes volontariat et tourisme, le volontourisme s'apparente à une expérience de l’aide humanitaire au cours de vacances. La prolifération d’initiatives philanthropiques estampillées « volontariat international » dans ces sphères humanitaires au Cambodge s’accompagne d’une confusion sur ce qu’est le volontariat international, et comment celui-ci est pratiqué dans les pays receveurs. Selon les contextes d’émergence de ce phénomène-pratique, les définitions prolifèrent du côté des acteurs internationaux de ce développement humanitaro-touristique. Néanmoins, la métamorphose du monde associatif ne conduit pour autant pas à l’appréciation du discours autochtone, celui des personnes alors directement concernées, ou bien de leurs intermédiaires. C’est à travers l’étude ethnographique du village de SraPoh, que j’ai souhaité montrer comment le volontourisme était appréhendé par ses bénéficiaires. En analysant le volet éthique de l’aide humanitaire et ses conditions d’existence morales proclamées, comme issues d’une pensée occidentale qui innerve le processus d’aide, est ressorti la place des multiples et parfois contradictoires logiques internationales. L’évaluation de ce qui est bon et ce qui est juste a permis d’ancrer en quelque sorte la légitimité internationale à intervenir en dehors des frontières étatiques (Fassin, 2009). En établissant un retour sur la situation du village et les conditions d’arrivée en 2009 d’une partie de ses habitants originaires du quartier Dey Krahorm, j’ai souhaité introduire les situations géo-politiques locales dans lesquelles pouvaient se réaliser l’aide.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/9222