Approche historico-culturelle d'une psychologie du spectateur : étude longitudinale du travail d'orchestration et du style au sein de trois ateliers de théâtre pour enfants et adolescents

Nowé, Jonas (2018) Approche historico-culturelle d'une psychologie du spectateur : étude longitudinale du travail d'orchestration et du style au sein de trois ateliers de théâtre pour enfants et adolescents. [Thesis]

[img] Version de Diffusion
Text

Jonas.Nowé_these_9245.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (3MB) | Request a copy
Item Type: Thesis
Titre en anglais: Historico-cultural approach of audience psychology and of style in the context of the co-making of a theatre play : longitudinal study of direction in three stage workshops for children and teenagers
Creators: Nowé, Jonas
Directeur de recherche: Tartas, Valérie
Doctoral school: CLESCO : Comportement, Langage, Éducation, Socialisation, Cognition
Research unit: Cognition, Langues, Langage, Ergonomie - CLLE
Diplôme: Doctorat en Psychologie
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Psychologie
Uncontrolled Keywords: Développement, Style, Corps, Co-construction, Oeuvre théâtrale
Mots-clés en anglais: Development, Style, Body, Co-making, Theatrical work
Abstract: En partant de l’idée qu’une œuvre théâtrale est une œuvre au sens de Meyerson (1945/1995) et que le développement des styles des apprentis acteurs se réalise dans des interactions médiatisées par des instruments psychologiques au sens de Vygotski (1934/1997), nous avons posé comme hypothèse de travail que toute personne témoigne d’un style qui se précise avec l’expérience. Trois études longitudinales menées en adoptant une approche qualitative (enregistrements des séances, entretiens) sur le travail d’orchestration (mise en scène, direction d’acteurs, rappel à l’ordre et corrections techniques) de metteurs en scène ont été réalisées sur une année scolaire, auprès de trois ateliers de théâtre, dont les troupes n’ont pas le même nombre d’années de pratiques : le groupe des petits (0-1 an de pratique), des moyens (2-3 ans) et des grands (6-10 ans). Les résultats de l’analyse interactionnelle des données montrent que, d’une part, l’expérience de la troupe a un impact sur la manière dont le metteur en scène va étayer (Bruner, 1966) les interactions visant la co-construction d’une pièce de théâtre, et d’autre part, révèlent des moments propices pour certains apprentissages. Concernant l’atelier des petits, le travail privilégiait la technique, et plus précisément les apprentissages sur l’occupation de l’espace visuel (comme les déplacements). Tandis que lors de l’atelier des moyens, il portait plus spécifiquement sur l’expression du style des acteurs et l’occupation de l’espace sonore (comme l’enchaînement des répliques). Enfin, concernant l’atelier des grands, il portait sur l’occupation de l’espace temporel, par un travail sur le rythme et la non continuité psychologique des personnages, permise par une bonne gestion de l’occupation des espaces visuel et sonore. Pour finir, on a pu observer au cours de la saison, la co-construction de conventions communicationnelles entre les acteurs et le metteur en scène, plus efficaces qu’en début de processus de travail, qui mobilisaient le corps. Ces résultats seront discutés à la lumière du prisme de l’interaction psycho-sociale (telle que redéfini par Zittoun & Perret-Clermont, 2009) afin de mieux saisir la notion d’intégrité d’une personne sur le registre physique du corps, permise par le style via une meilleure reconnaissance de soi.
English abstract: The research aims at studying the impact of childhood development upon stage directors’ tasks in the context of a play co-making (Meyerson, 1945/1995). It is in line with the cultural-historical perspective through the use of psychological instruments (Vygotski, 1935/1997).Thus, we set the working hypothesis that everyone presents a style that sharpens along their experience. We undertake three longitudinal follow-ups about stage direction process (dramatization, acting direction, reframing and technical correcting). These follow-ups took place in the length of a school year with three stage workshops whose troupes do not have the same number of years of practice: the group of the youngers (0-1 years of practice), the group of the middle ones (2-3 years) and the group of the big ones (6-10 years). The results show that the troupe’s practice, in one hand, has an impact on the way the play co-making is supported (Bruner, 1996), and in another hand, brings conductive moments to let some specific learning to take place. While, in the youngers’ workshop, work was focused upon technique and particularly the learnings about visual space occupancy (as moves), the middle one’s were working upon the style expression of actors and sound space occupancy (as to bring lines together). Finally, the time occupancy was the subject of the elders, working on rhythms and psychological discontinuity of characters, implied by a good management of visual and sound spaces.As a conclusion, we could notice, during the season, we could notice more efficient co-making of body communication conventions between actors and director than the ones in force at the start of the working process.These results will be discussed through the prism of psycho-social interaction (Zittoun & Perret-Clermont, 2009) to bring a better understanding of the notion of body integrity of a person allowed by the style and through a better self-recognition.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/9350