Dédramatiser l'erreur pour développer la prise de parole

Daumières, Mélanie (2020) Dédramatiser l'erreur pour développer la prise de parole. [Mémoire]

[img]
Preview
Text

Mélanie.Daumières_master2.pdf


Télécharger (1MB) | Preview
Item Type: Mémoire
Titre dans une autre langue: Dedramatizing mistakes in order to encourage the pupils to speak
Creators: Daumières, Mélanie
Directeur de recherche: Juan, Pascale
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Langues vivantes étrangères : Anglais
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Langues > Anglais
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement secondaire
Uncontrolled Keywords: Dédramatisation, Erreur, Prise de parole, Représentations, Inter-correction
Mots-clés dans une autre langue: to dedramatise, mistake, speaking, perception, intercorrection
Abstract: Une dédramatisation de l’erreur peut-elle favoriser la prise de parole des élèves ? Afin de vérifier mes hypothèses, j’ai mené une expérimentation au sein d’une classe de sixième. Un pré-test et un post-test ont été proposés aux élèves afin de déterminer quelles étaient leurs représentations de l’erreur et si celles-ci avaient évolué ou non au cours de l’étude. Il a aussi été question d’instaurer une fiche de participation sur des séances ciblées ainsi que de mettre en place un système d’inter-correction en classe. Une fois l’analyse des résultats accomplie, j’en suis arrivée à la conclusion que dédramatiser l’erreur a bien un effet bénéfique sur la prise de parole, plus précisément grâce aux discours déculpabilisant sur l’erreur, des commentaires appréciatifs ainsi que grâce à la mise en place de moments d’inter-correction en classe. Beaucoup d’élèves ont entrepris de courir le risque de se tromper plutôt que de ne rien tenter. Cela traduit ainsi un changement de comportement par rapport au début de l’année.
Résumé dans une autre langue: Does dedramatizing mistakes encourage the pupils to speak in class ? In order to verify my assumptions, I have led an experiment with 6th graders. A pre-test and a post-test were given to this class to check what was their perception of mistakes and whether or not their perception had evolved during my research. I have also set up a participation sheet for specific lessons, as well as an intercorrection system in class. Once the results were analyzed, I came to the conclusion that dedramatizing mistakes does encourage the pupils to speak in class, specifically thanks to positive speeches about mistakes, appreciative comments and multiple phases of intercorrection in class. Many pupils have taken the risk to make a mistake rather than do nothing at all. This shows that there is a change in their behavior compared to the beginning of the year.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/9582