Les lycéens et leurs droits

Castel, Annabelle (2017) Les lycéens et leurs droits. [Mémoire]

[img]
Prévisualiser
Texte (PDF)

castel_annabelle_M22017.pdf


Télécharger (775kB) | Prévisualiser
Type de document: Mémoire
Auteurs: Castel, Annabelle
Directeur de recherche: Larré, Françoise
UFR / Composantes: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Eco-Gestion : Marketing
Sujets: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement secondaire
Mots-clés en français: Droits, Lycéens, Justice, Injustice, Liberté d'expression
Résumé en français: Quel professeur n’a jamais entendu « vous n’avez pas le droit de faire ça ! », « ce n’est pas juste !! » ou bien un élève de rétorquer à son enseignant « mais j’ai le droit de … ! » ? Nous avons tous été confrontés, à un moment ou à un autre de notre (jeune) carrière à ce sentiment d’injustice ressenti, et souvent exprimé par nos élèves. Ce sentiment d’injustice a été étudié sous divers aspects : sociologique, éthique ainsi que juridique. La pensée des scientifiques rejoint celle des enseignants au cœur de l’établissement scolaire : si cette sensation d’injustice n’est pas traitée, sa multiplication pourrait donner naissance à des comportements violents au sein des établissements scolaires. Afin d’atténuer ce sentiment, il convient dès lors d’appliquer les principes du droit dans l’école. En effet, l’école est une institution qui confère des droits à tous : aux adultes, comme aux enfants ou adolescents, aux enseignants comme aux élèves. Mais ces prérogatives ne semblent pas être les mêmes pour les élèves ou les membres de la communauté éducative. « Les élèves attendent que l’école soit juste et se plaignent sans cesse des injustices qui les affectent ». Est-ce pour développer ce sentiment de justice, temporisateur des tensions sources de violences que le droit est entré dans l’école ? Pourquoi les élèves, les lycéens se sentent-ils menacés dans leurs prérogatives ? Les connaissent-ils seulement ? Et s’ils les connaissent, les connaissent-ils vraiment ? La perception qu’ils ont de leurs droits est-elle conforme à l’esprit de la Loi ? Ce sont autant de questions que je me suis posées et auxquelles j’ai cherché des réponses. En tant qu’enseignant nous nous devons d’éduquer les élèves à la citoyenneté, mais qu’en est-il lorsqu’ils ne connaissent pas leurs propres droits, ceux édictés dans les règlements intérieurs, ceux que la loi leur confère au sein de l’Institution scolaire ? Dans l’ordre scolaire, « la reconnaissance des droits des élèves ne fait pas l’unanimité » . La question des droits lycéens aboutit immanquablement à un compromis parfois difficile et confus entre leurs droits et le fonctionnement de l’institution scolaire. Et la question est d’autant plus épineuse quand il s’agit de leur liberté d’expression. Le problème est du reste encore plus important s’ils entendent cette liberté d’un point de vue large. Autrement dit, si les lycéens ne pensent plus cette liberté comme un droit cadré et normé qui serait commun à tous, mais plutôt comme une prérogative relevant d’un comportement individualiste et égoïste.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/2745