Les usagers de la ViaRhôna entretiennent-ils un rapport singulier au Rhône?

Coussout, Laure (2017) Les usagers de la ViaRhôna entretiennent-ils un rapport singulier au Rhône? [Mémoire]

[img]
Prévisualiser
Texte (PDF)

Coussout-Laure_M22017.pdf


Télécharger (71MB) | Prévisualiser
Type de document: Mémoire
Auteurs: Coussout, Laure
Directeur de recherche: Morardet, Sylvie
UFR / Composantes: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M2 Géographie des changements environnementaux et paysagers
Sujets: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie > Paysage
Résumé en français: Depuis quelques années, les acteurs du Plan Rhône ont engagé l’aménagement d’une infrastructure cyclable et piétonne, à proximité du fleuve, de sa source à son embouchure. Pensée comme le projet touristique phare du Plan Rhône, la ViaRhôna est également au centre d’un projet de recherche pour qui cette infrastructure représente une opportunité de rapprochement entre ces usagers et le Rhône. Le projet RhônaVel’eau est constitué de géographes, de sociologues, d’une économiste et d’une statisticienne appartenant à l’UMR 5600 Environnement-Ville-Société (CNRS) et l’UMR G-Eau (Irstea). L’un des axes de recherche de ce projet porte sur le rapport entretenu par les usagers de cette véloroute et le fleuve à partir d’une enquête quantitative. Dans le cadre de ce mémoire, nous caractérisons ce rapport sous le prisme des pratiques de la ViaRhôna et des motivations pour la parcourir, mais également à partir du concept d’attachement au lieu. Au regard de nos analyses il apparait que les usagers de la ViaRhôna se sont attachés au Rhône par l’expérience de la ViaRhôna. C’est de ce point de vue, que nous pouvons dire que l’expérience des paysages rhodaniens par la ViaRhôna est à l’origine d’un lien de plus en plus tenu entre ces usagers et le Rhône. D’autre part, la pratique de cette véloroute et les motivations pour l’emprunter d’un côté, et les formes d’attachement au Rhône de l’autre côté, sont corrélés aux types de valeurs attribuées au Rhône. Néanmoins, ce n’est pas le cas pour l’ensemble des usagers de la ViaRhôna. Certains individus partageant les mêmes spécificités n’ont pas une vision partagée du Rhône et de ses paysages. De ce fait, la ViaRhôna, outil à vocation touristique aux yeux des acteurs du plan Rhône, est également un vecteur de rapprochement entre les usagers et le Rhône. En conséquence, faire l’expérience des paysages par la ViaRhôna contribue à une valorisation de cette entité par les sociétés, à l’échelle du fleuve.
Résumé dans une autre langue: For some years, Plan Rhône’s actors have started the construction and development of both cycling and walking infrastructures near to the river, from the Léman’s lake to its mouth. The ViaRhôna, the touristic flagship part of the Plan Rhône, is also at the heart of a research project and represents an opportunity of reconciliation between the Rhône and its users. The RhônaVel’eau project is constituted by geographers, sociologists, an economist and a statistician belonging to the UMR 5600 Environnement-Ville-Société (CNRS) and the UMR G-Eau (Irstea). One of the research axis of this project focuses on the relationship between ViaRhôna’s users and the Rhône using a quantitative survey. As part of this thesis, we describe the link between users and this river from the angle of the practices users have of the ViaRhôna and their motivations to use it, but also from the concept of place attachment. Our analysis shows that ViaRhôna’s users are more attached to the Rhône thanks to this walking and cycling path. From this point of view, we can say that experience of the Rhône’s landscapes is the cause of a finer relationship between the river and its users. Moreover, both practice of the ViaRhôna and motivations to travel on it, and also types of Rhône’s attachment, are correlated to the types of values attributed to the Rhône. Nevertheless, it is not the case for all users. Some individuals share the same characteristics but do not have a collective view of the Rhône and it landscapes. Consequently, the ViaRhôna, which is initially a tourism tool for the actors of the Plan Rhône, is also a reconciliation vector between the river and its users. In this way, the observation of the landscapes of the Rhône by the ViaRhôna contributes to a valorization of this river by society, at the Rhône scale.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/4066