Wenders sur les traces d'Ozu. A la recherche de nouvelles images

Vernerey, Nathalie (2018) Wenders sur les traces d'Ozu. A la recherche de nouvelles images. [Mémoire]

[img]
Preview
Text

Nathalie.Vernerey_master2.pdf


Télécharger (1MB) | Preview
Item Type: Mémoire
Creators: Vernerey, Nathalie
Directeur de recherche: Ragel, Philippe
Divisions: UFR Lettres, Philosophie et Musique > Département Lettres modernes, Cinéma et Occitan
Diplôme: M2 Esthétique du cinéma
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts du spectacle > Cinéma
Uncontrolled Keywords: Wenders, Ozu, Tokyo, paysages
Abstract: Tokyo-Ga est une sorte de journal filmé, qui rend compte du voyage de Wim Wenders à la recherche du regard du cinéaste Yasujiro Ozu, un regard capable d'ordonner le monde, de lui donner du sens et de nous apprendre sur nous-mêmes. En quête de ces images de vérité, Wenders découvre le Japon des années quatre- vingt, à la recherche des traces encore visibles de ce père idéal mais disparu. Lors de ce pèlerinage, il rencontre Chishu Ryu et Yuharu Atsuta, l'acteur fétiche et le fidèle chef- opérateur d'Ozu. Adepte des trains à l'instar d'Ozu, Wenders les filme à travers le paysage et filme aussi le paysage depuis le train, sorte de caméra capable de tout transformer en images sans cesse renouvelées. Dans ce Tokyo moderne et bruyant, Wenders est à la fois fasciné et désespéré par cette prolifération d'images qui, selon lui, s'éloignent de plus en plus de cette vérité et peut-être même de la réalité. Est-il encore possible de filmer aujourd'hui ? La technique (quelle qu'elle soit : le 50 mm d'Ozu, l'argentique ou aujourd'hui le numérique) peut-elle être une réponse ? Comment continuer à filmer et vivre dans ce monde saturé d'images ?
Résumé dans une autre langue: Tokyo-Ga is a filmed diary on Wim Wenders's journey in Japan. He's looking for Yasujiro Ozu's vision: a filmaking vision able to order the world around us, to give it a meaning and to learn about ourselves. Seeking these true and useable images, Wenders discovered Japan in the eighties, searching the still visible traces of this ideal father Ozu was. During this pilgrimage, he met Chishu Ryu and Yuharu Atsuta, Ozu's favorite actor and faithfull photography director. In love with trains, like Ozu, Wenders films them through the landscape and also films landscapes from the train. We may see the train as a camera that would transform everything into everchanging images. In this modern and loud Tokyo, Wenders is both fascinated and desperate by this proliferation of images that, according to him, are moving away, further and further, from this truth and maybe even from reality. Is it still possible to make movies today? Can technique (what ever it is: Ozu's 50 mm, silver image or today digital picture) be an answer? How can we keep on creating true images and living peacefully in this world of images?
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/6972