La poétique de l'espace dans les œuvres de Sylvie Germain : quand le réel prend feu

Magnavaca, Mara (2017) La poétique de l'espace dans les œuvres de Sylvie Germain : quand le réel prend feu. [Thesis]

[img]
Preview
Version de Diffusion
Text

Mara.Magnavaca_these_3211.pdf


Télécharger (3MB) | Preview
Item Type: Thesis
Titre en anglais: The poetics of space in the works of Sylvie Germain : when the real is igniting
Creators: Magnavaca, Mara
Directeur de recherche: Marot, Patrick
Doctoral school: ALLPH@ : Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication
Research unit: Patrimoine, Littérature, Histoire -PLH
Diplôme: Doctorat en Langue et Littérature Françaises
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Lettres modernes
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Lettres modernes > Français
Uncontrolled Keywords: Espace, Géocritique, Parcours héroïque, Identité, Lieu
Mots-clés en anglais: Space, Geocritical, Heroic journey, Identity, Place
Abstract: L’espace, le lieu et le paysage imprègnent le parcours héroïque dans les œuvres de Sylvie Germain au point de bouleverser le héros dans son rapport à l’extériorité. L’aspect protéiforme du décor héroïque engage l’analyse vers une distinction liminaire entre un espace primitif d’une part, et, d’autre part, un lieu transformé. L’étude se propose de révéler les espaces fantasmagoriques nés des lieux et des espaces fortement connotés. Les paysages imaginaires, qui constituent le second volet de notre étude assimilent de nombreux référents mythologiques qui participent à la réussite narrative. Les espaces imaginaires, spécifiés par leur charge intertextuelle, ouvrent de manière complexe et fortement référentielle la création de l’espace germainien. Cette complexité se retrouve dans les parcours physiques et intellectuels des héros. Par ce biais, l’auteure crée paradoxalement son propre espace textuel, auquel elle accorde une place significative dans l’économie des œuvres. Enfin, l’examen aborde le mouvement, qui caractérise l’esthétique germainienne, et qui propose une singularité narrative. C’est aux espaces textuels que l’on est conduit. Le questionnement final interroge sur la disparition du référent géographique lorsque le lieu s’avère de moins en moins accompagné d’une histoire, d’une localisation ou d’un nom. Les espaces traversés, étudiés, fantasmés, urbains, naturels, invitent la réflexion à entreprendre une taxinomie topographique en lien et en tension avec la stratification du parcours héroïque. Si le lieu, l’espace ou le paysage traités dans nos recherches se situent au cœur du processus d’écriture d’une auteure versée dans l’imagerie du terroir aux espaces enracinés, l’errance narrative, marquée par l’abandon de précisions spatiales dans les derniers récits, interroge l’auteure sur son rapport actuel à l’espace et rétrospectivement sur sa fonction dans sa création antérieure.
English abstract: The space, the place and the landscape permeate the heroic journey in the works of Sylvie Germain to the point of upsetting the hero in his relation to exteriority. The protean aspect of the heroic environment engages the analysis towards a preliminary distinction between a primitive space on the one hand and a transformed place on the other. The study proposes to reveal the phantasmagoric spaces born of places and spaces strongly connoted. The imaginary landscapes, which constitute the second part of our study, assimilate many mythological references which participate in the narrative success. The imaginary spaces, specified by their intertextual charge, open in a complex and highly referential way the creation of Sylvie Germain’s spaces. This complexity is reflected in the physical and intellectual paths of heroes. In this way, the author paradoxically creates her own textual space, to which she gives a significant place in the novels. Finally, the examination emphasizes the movement, which characterizes the aesthetic of Germain, and which proposes a narrative singularity. It is to the textual spaces that we are led. The final interrogation questions the disappearance of the geographic referent when the place is less and less accompanied by a history, a location or a name. The spaces traversed, studied, fantasized, urban, natural, invite reflection to undertake a topographic taxonomy in tie and tension with the stratification of the heroic journey. If the place, the space or the landscape treated in our research are at the heart of a author’s writing process in the imagery of the soil to the rooted spaces, the narrative wandering, marked by the abandonment of spatial precisions in the last stories, interrogates the author about its present relation to space and retrospectively on its function in previous creation.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/7126