Les États-Unis et l’ « American Dream » dans l’œuvre d’Oriana Fallaci

Lévèque, Sarah (2019) Les États-Unis et l’ « American Dream » dans l’œuvre d’Oriana Fallaci. [Mémoire]

[img]
Preview
Text

Sarah.Lévèque_master2.pdf


Télécharger (1MB) | Preview
Item Type: Mémoire
Creators: Lévèque, Sarah
Directeur de recherche: Nimis, Jean
Divisions: UFR Langues, Littératures et Civilisations Etrangères > Département Langues Etrangères > Section Italien
Diplôme: M2 Etudes romanes (Etudes italiennes)
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Langues > Italien
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Langues > Anglais
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Lettres modernes
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Lettres modernes > Littérature générale
Uncontrolled Keywords: Oriana Fallaci, biographie, autobiographie, rêve américain, American Dream, états-unis, journalism, new journalism, XXème siècle, Italie
Mots-clés dans une autre langue: Oriana Fallaci, biografia, autobiografia, sogno americano, America, Stati Uniti, giornalismo
Abstract: Une grande partie de la bibliographie de la journaliste et romancière italienne Oriana Fallaci (1929 - 2006) a été consacrée à son rapport avec les États-Unis. Pays d’adoption de l’écrivaine, cette rencontre littéraire et journalistique a lieu sur de nombreux plans : entre lyrisme, sociologie, histoire, chronique mondaine et art, Fallaci propose un panorama inédit et exhaustif de la société américaine du XXe siècle. Si ce tableau semble à première vue négatif, parfois même repoussant et incompréhensible, on s’aperçoit rapidement de la place ambiguë de la journaliste ou de l’auteure dans cette part de son œuvre : Oriana Fallaci n’est pas une journaliste impartiale, ni même une auteure discrète. C’est une narratrice in praesentia omniprésente dans tous les récits qu’elle propose, qu’ils soient fictionnels ou journalistiques. Dans quelle mesure son œuvre américaine est-elle avant tout une œuvre autobiographique dans laquelle elle présente une mise en scène d’elle-même? En consacrant une aussi grande part de son œuvre aux États-Unis, et à elle-même, il semble donc qu’Oriana Fallaci souhaitait établir son propre mythe américain, celui d’une jeune Italienne ambitieuse qui s’intègre dans une mythologie américaine à la fois dénigrée et idéalisée.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8371