Continuité de l’expérience d’apprentissage et transposition didactique des savoirs dans l’enseignement de la physique : comparaison internationale dans le cas des propriétés de la matière

Marty, Laurence (2019) Continuité de l’expérience d’apprentissage et transposition didactique des savoirs dans l’enseignement de la physique : comparaison internationale dans le cas des propriétés de la matière. [Thesis]

[img] Version de Validated
Text

Laurence.Marty_these_5252.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (20MB) | Request a copy
Item Type: Thesis
Titre en anglais: Continuity of the learning experience and didactic transposition of knowledge in the teaching of physics : international comparison in the case of properties of matter
Creators: Marty, Laurence
Directeur de recherche: Venturini, Patrice
Doctoral school: CLESCO : Comportement, Langage, Éducation, Socialisation, Cognition
Research unit: Education, Formation, Travail, Savoirs - EFTS
Diplôme: Doctorat en Sciences de l'Education
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement primaire
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement secondaire
Uncontrolled Keywords: Action conjointe ; Rapport aux objets ; Continuité ; Transposition ; Propriétés de la matière
Mots-clés en anglais: Joint action ; Meaning-making ; Continuity ; Didactical transposition ; Properties of matter
Abstract: Le projet de la thèse est de contribuer à la question de la nature du rapport entre apprentissage des savoirs scientifiques à l’école et production des savoirs au sein des communautés scientifiques à travers une analyse ascendante de plusieurs études de cas centrées sur l’enseignement / apprentissage des propriétés de la matière au sein de quatre contextes (primaire et secondaire, France et Suisse romande) dans lesquels les références s’avèrent assez contrastées pour produire des curriculums divergents sur certains points cruciaux de l’enseignement des sciences. Les éléments de théorisation retenus proviennent majoritairement de deux sources d’inspiration : la modélisation de l’action conjointe en didactique, selon laquelle l’enseignant et les élèves ajustent chacun leur propre ligne d’action en interprétant celle de l’autre, depuis les postures dissymétriques qui les caractérisent et l’approche pragmatiste de la construction des rapports aux objets, selon laquelle le rapport personnel d’un élève à un objet se construit à travers les interactions qu’il développe avec cet objet, dans l’ensemble des institutions dans lesquelles cet objet existe, que ce soit dans un cadre familial ou scolaire. L’approche pragmatiste nous a amenés à accorder une place importante à la façon dont les rapports aux objets construits par les élèves évoluent en classe, au regard des rapports aux objets que l’institution scolaire entreprend de stabiliser. Les différentes analyses mettent en évidence des connexions entre la (dis)continuité de cette évolution des rapports aux objets telle qu’elle est vécue par les élèves et les différents schémas d’action professoraux mis en oeuvre dans les classe, qui peuvent être modélisés par des principes structurant l’action issus de différents niveaux de détermination : didactique, pédagogique, scientifique, philosophique et épistémologique. Sous certaines conditions, les situations contraintes par des éléments de modélisation qui sont donnés aux élèves en début de séquence semblent faciliter la continuité de l’expérience d’apprentissage des élèves. Une réflexion sur les implications de la transposition de certains aspects des pratiques scientifiques de référence clôt notre travail.
English abstract: The aim of this study is to investigate the nature of the relationship between the learning of scientific knowledge at school and the production of knowledge within scientific communities through a bottom-up analysis of several case studies centered on the teaching / learning of the properties of matter in four contexts (primary level and lower secondary level, France and Westerm Switzerland) in which the curricula references are varied. The theoretical framework comes mainly from two paradigms: the joint action in didactics, according to which the teacher and the students each adjust their own line of action by interpreting that of the other and the pragmatist approach, according to which the meaning-making towards particular objects is developed through the interactions students have with these objects, in all institutions where they have a role, whether in family or at school. The pragmatist approach has led us to focus on the way in which the meaning-making towards particular objects evolves, in the light of the targeted knowledge at stake. Analyzes highlight connections between (dis)continuity of this meaning-making evolution as experienced by students and the various manners of teaching implemented in classrooms by the teachers. These manners of teaching can be modeled by structuring principles which derive from didactic, pedagogical, scientific, philosophical and epistemological viewpoints. Under specific conditions, situations in which models are given to students at the beginning of the unit seem to facilitate the continuity of the students' learning experience.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/7135