La simulation en santé, un outil pédagogique vecteur de changement dans la qualité de vie au travail chez les professionnels de l'anesthésie-réanimation

Couarraze, Sébastien (2019) La simulation en santé, un outil pédagogique vecteur de changement dans la qualité de vie au travail chez les professionnels de l'anesthésie-réanimation. [Thesis]

[img] Version de Diffusion
Text

Sébastien.Couarraze_these_9729.pdf


Accès : Registered users only jusqu'au 15 October 2022.

Télécharger (10MB) | Request a copy
Item Type: Thesis
Titre en anglais: Simulation in healthcare, an educational tool for changing the quality of life at work among anesthesia and intensive care professionals
Creators: Couarraze, Sébastien
Directeur de recherche: Saint-Jean, Michèle
Doctoral school: CLESCO : Comportement, Langage, Éducation, Socialisation, Cognition
Research unit: Education, Formation, Travail, Savoirs - EFTS
Diplôme: Doctorat en Sciences de l'Education
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Formation continue
Uncontrolled Keywords: Simulation, Qualité de vie au travail, Stress, Changement, Prévention
Mots-clés en anglais: Simulation, Quality of life at work, Stress, Change, Prevention
Abstract: Les professionnels de santé sont particulièrement impactés par les problèmes liés au stress. Ceux qui exercent en anesthésie réanimation ont un risque majoré. Le secteur de la santé et la santé des individus sont au cœur du changement (Rhéaume, 2002 ; Bedin, 2013 ; Marcel, 2014). La formation des praticiens a évolué pour une approche par les compétences et intègre la simulation comme méthode de développement de ces compétences. Dans ce contexte, nous avons essayé de mettre en évidence l’impact de la simulation pleine échelle de situations critiques (Pastré, 2010) sur le stress, l’anxiété, l’épuisement professionnel et in fine sur la qualité de vie au travail des participants. Pour cela, nous avons réalisé, dans le cadre d’une démarche quasi-expérimentale, une phase exploratoire, avec 50 étudiants en soins infirmiers, pour tester trois échelles relatives à l’anxiété et au burn out. Lors de la phase 2, nous avons assisté à des séances de simulation auprès de soignants exerçant en anesthésie réanimation pendant un an et testé 209 professionnels. Ils ont renseigné les échelles avant et après la séance de simulation. Enfin, dans la phase 3, nous avons cherché à mettre en évidence l’effet de la simulation sur le stress clinique de 215 étudiants en soins infirmiers. Nous montrons les effets positifs que semble avoir la simulation sur le stress, l’épuisement professionnel, l’anxiété et les traits de personnalité anxieux des participants. D’autre part, il semblerait que la simulation puisse permettre une diminution du stress clinique des étudiants en soins infirmiers et que cet effet soit stable quatre mois après la séance de simulation. La simulation aurait ainsi un effet préventif sur le stress. Ces résultats permettent d’appuyer des propositions de développement de cette méthode pédagogique en formation initiale et continue.
English abstract: Professional in healthcare are particularly affected by the problems related to stress. Those who perform in anesthesia and intensive care unit have an increased risk. The health sector and the health of individuals are at the heart of change (Rhéaume, 2002; Bedin, 2013; Marcel, 2014). The training of practitioners has evolved to a competency-based approach and integrates simulation as method of developing these skills. In this context, we have tried to highlight the impact of full-scale simulation of critical situation (Pastré, 2010) on stress, anxiety, burnout and ultimately on the quality of working life of the participants. For this purpose, we conducted, as part of a quasi-experimental approach, an exploratory phase 1, with 50 students in nursing to test three scales relating to anxiety and burnout. During phase 2, we attended simulation sessions with caregivers practicing anesthesia for one year and we tested 209 professionals. They filled in the scales before and after the simulation session. Finally, in phase 3, we sought to highlight the effect of simulation on clinical stress of 215 nursing students. We show the positive effects that simulation seems to have on participants’ stress,burnout, anxiety and anxious personality traits. On the other hand, it seems that the simulation can reduce the clinical stress of nursing students and that this effect is stable four months after simulation. The simulation would thus have a preventive effect on the stress. These results make it possible to support proposals for the development of this pedagogical method in initial and in-service training.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/8694