Le biais intergroupe dans le traitement des visages : l'effet de l'entraînement sur la performance de reconnaissance

Wittwer, Tania (2020) Le biais intergroupe dans le traitement des visages : l'effet de l'entraînement sur la performance de reconnaissance. [Thesis]

[img]
Preview
Version de Diffusion
Text

Tania.Wittwer_these_1945.pdf


Télécharger (3MB) | Preview
Item Type: Thesis
Titre en anglais: The own-group bias in face processing: the effect of training on recognition performance
Creators: Wittwer, Tania
Directeur de recherche: Py, Jacques
Doctoral school: CLESCO : Comportement, Langage, Éducation, Socialisation, Cognition
Research unit: Cognition, Langues, Langage, Ergonomie - CLLE
Diplôme: Doctorat en Psychologie
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Psychologie > Psychologie sociale
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Psychologie > Sciences cognitives
Uncontrolled Keywords: Biais inter-groupe, Reconnaissance des visages, Entraînement, Appariement de visages, Mémoire des visages
Mots-clés en anglais: Own-group bias, Face recognition, Training, Face matching, Face memory
Abstract: Le biais intergroupe dans la reconnaissance des visages (own-group bias ; OGB) reflète l'idée selon laquelle il est plus facile de différencier et de reconnaître des personnes issues de son endogroupe plutôt que des personnes appartenant à un exogroupe. L'existence de ce biais a été étudié pendant des années, toutefois, peu de recherches se sont focalisées sur le développement d'un moyen pour le diminuer ou l'éliminer, en ayant recours à un entraînement. Présentant cinq études impliquant des tâches d'appariement ou de mémoire, l'objectif de cette thèse était de développer et d'explorer dans quelle mesure l'entraînement peut réduire ou éliminer l'OGB. Des participants français typés d'origine européenne, ou des participants sud-africains `Black', `White' et `Coloured' ont participé à différentes études. Au cours de ces études, les participants ont tous été exposés à des stimuli des `Black' et `White'. Dans chacune des études, les participants typés d'origine européenne et les participants `White' présentaient un OGB avant quelconque intervention. Cependant, le biais chez les participants `Black' n'a été détecté que dans une seule des études (tâche d'appariement). Dans les autres études, ces derniers présentaient même une meilleure performance pour les stimuli `White', au détriment des stimuli `Black', pourtant de leur endogroupe. Comme attendu, les participants du groupe `Coloured' n'ont présenté aucune différence de performance envers aucun des deux groupes de stimuli. Les résultats des différentes tâches d'entraînement ont montré (a) aucun effet d'un entraînement à la focalisation sur certains traits, entraînement distribué sur 5 semaines; (b) une augmentation de l'OGB après un entraînement visant à augmenter la focalisation sur des traits considérés comme critiques; (c) une diminution de l'OGB suite à un entraînement appliqué à une tâche spécifique utilisant des photographies dont la qualité à été altérée, et; (d) une meilleure performance lors d'une tâche écologique de détection lorsque la cible est présente, plutôt qu'absente. Avec des résultats prometteurs, ce travail de recherche contribue à notre compréhension des conditions de l'utilisation de l'entraînement lorsqu'il a pour but d'amélioration la reconnaissance des visages, et plus particulièrement la reconnaissance de visages dans des situations intergroupes.
English abstract: The own-group bias in face recognition (OGB) is the greater facility to distinguish and recognize people from one's own group at the expense of people from other-groups. The existence of the OGB has been studied for many years, however, very little research focuses on finding a way to decrease or eliminate it, through training. Reporting five studies involving memory or matching tasks, the aim of the present thesis was to develop and to explore to what extent training can decrease or remove the OGB. French White participants or South African White, Black and Coloured participants took part in different studies, using Black and White faces as stimuli. In each study, White participants from both countries presented the expected OGB prior to any intervention. However, the presence of the OGB in South African Black participants was detected only in one (matching task) study, instead recording a higher discrimination performance by Black participants for White faces in the other studies. As expected, South African Coloured participants did not display increased discrimination performance for any of the other stimuli groups, both being out-group stimuli. Results from the training studies revealed either (a) no effect of a distributed training in feature focus over 5 weeks; (b) an increase of the OGB after a focus on critical facial features; (c) a decrease of the OGB in a task-specific training using pictures whose quality had been manipulated, and; (d) an important implication of the presence/absence of the target in a field detection study. With some promising results, the present work contributes to our understanding of how training could be used to improve face-recognition, and especially other-group face recognition.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/9234